Il était une fois…

J’ai mis 26 ans à accepter mon corps. Ces mots me paraissent étranges, tant ils ne devraient jamais être alignés. J’ai donc mis 26 ans à accepter mon corps, mon gras, ma taille. Et il n’a fallu que 5 petites minutes pour que mon médecin brise cette nouvelle alliance.

Ca n’était que quelques mots, que j’essayais de prendre avec humour. Il me faisait comprendre que j’étais trop lourde, trop grasse, et que mon dos et mes genoux ne le supportaient pas. Pourtant, je n’avais rien d’excessif.

Les fois d’après, la situation se renouvela, de façon plus prononcée. Mon médecin ne prenait plus de pincettes. Je lui disais que j’avais commencé le roller, pensant que ça lui ferait plaisir de voir que je sortais de mon canapé, mais il me rétorquait que ça n’était pas le meilleur sport pour moi. Que je devais arrêter.

Arrêter, alors que je venais seulement de découvrir le sport qui me passionnait ? Hors de question.

Ce fut la dernière fois que je vis ce médecin. C’était bête, mais je ne supportais plus l’idée d’aller le voir, et de me faire juger encore, physiquement. J’ai donc continué le roller, et vu un autre médecin qui s’est mis à chercher les causes de mes douleurs, plutôt que de me dire simplement que j’étais trop grosse.

Depuis, les choses ont évoluées. Je n’ai pas perdu de poids, mais les choses bougent dans ma vie. J’essaie de passer à un régime végétarien, je souhaite rentrer dans l’équipe de Derby de ma ville, et pour ce faire j’ai débuté depuis quelques semaines le crossfit, dont je suis devenue parfaitement accro.

Le résultat, c’est que je fais en moyenne entre 3 et 5 heures de sport par semaine. Ca n’a pas l’air, mais pour l’allergique au sport que j’étais il y a quelques années, je peux vous dire que c’est quelque chose ! Et ça n’est pas prêt de se réduire. J’ai envie de continuer sur cette lancée, et renouer avec ce corps qui m’a souvent répugné.

Alors, me détachant complètement de mon quotidien, j’ai bien envie de me créer un espace à moi, pour en définir les barrières et les limites. Trouver du réconfort dans un journal virtuel, vous raconter mes déboires et mes victoires. Je ne suis pas encore certaine de tout ce que ce journal va raconter, mais j’ai bien envie d’essayer !

Je vous préviens : ça va être une longue histoire. Pleine de peines et de sueurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s