L’art d’être coach.

C’est quoi un bon coach ?

Récemment, c’est la question que je me suis posée. Je suis allée pendant les vacances à une séance de crossfit qui était animée par un coach que je ne connaissais pas. Alors qu’aucun coach ne m’avait encore déçu dans ma box, pour celui-ci ce fut une grosse désillusion : il ne m’a pas accordée une seule minute d’attention, alors que clairement j’étais la personne la plus en difficulté de toute la séance.
Je n’ai aucun soucis à mettre mon égo au placard pendant un cours de sport : je sais que je ne suis pas la meilleure, que je suis encore une débutante, et que j’ai un million de choses à apprendre. Le truc, c’est que je préfère qu’on m’aide à les apprendre, plutôt que de devoir me débrouiller toute seule et prendre le risque de me blesser. J’ai eu droit à des réflexions de type « Tu n’as fait que 5 reps avec si peu de poids ? », et il ne m’a proposé aucun exercice pour remplacer le Toes to bar que je ne sais pas faire. Parce que oui, je ne sais même pas faire un kipping. Là où un autre coach me propose un exercice pour renforcer mes bras, mes épaules, mon grip, ou ma ceinture abdominale, dans l’optique d’y arriver un jour, ce coach là a décidé de passer entre tous les crossfiteurs, de s’arrêter juste avant moi et d’enchaîner avec l’exercice suivant. Et même pendant le WOD, placé juste derrière moi, alors que je faisais ce que je pouvais pour m’accrocher à la barre et faire au moins des montées de genoux, il n’a pas bronché. Alors que je faisais très mal l’exercice.
Bon, je veux bien concevoir que c’était aussi à moi de demander de l’aide, mais après la première remarque, il m’était difficile d’avoir envie de lui adresser la parole, car je sentais que dans sa tête j’étais la petite grassouillette qui n’avait aucune valeur. Je n’étais pas aussi intéressante que les autres, ceux qui peuvent faire des tractions, ceux qui peuvent compétiter, ceux qui sont là tous les jours depuis plusieurs années.
Au final, j’avais envie de terminer le WOD le plus vite possible et de rentrer chez moi. Chose que j’ai faite en remarquant que si ça avait été mon premier cours, je ne serai jamais revenue.
Alors, c’est quoi un coach sportif ?
Pour moi c’est quelqu’un qui t’accompagne et qui fait en sorte que tout se passe bien, que tu apprennes les bons mouvements sans risquer de te blesser. C’est quelqu’un qui s’inquiète pour toi, et qui va te suivre dans ton évolution. C’est quelqu’un qui a du savoir à transmettre, et qui en envie d’en faire profiter tout le monde.
Nous avons eu pas mal de coachs différents au roller, et l’expérience était plutôt intéressante, car chaque profil de coach est différent. Les explications sont parfois plus claires avec certains, les techniques d’apprentissage diffères, et il est intéressant d’avoir plusieurs points de vue pour appréhender un exercice. Pour moi, un bon coach sportif, c’est une personne qui va s’intéresser à tous ses élèves, sans distinction de niveau, et qui va les aider à aimer ce qu’ils font. Quelqu’un qui va savoir expliquer à tous, proposer des solutions pour ceux qui n’y arrivent pas, et qui va t’encourager à te dépasser.
Et il est important de noter que le feeling est différent avec chaque coach. Car il y a différentes personnalités, et autant d’affinités. Parfois on comprend mieux avec une personne qu’une autre et c’est normal. En finalité, il faut en essayer plusieurs si le premier rencontré ne nous correspond pas. Un peu comme un docteur, il faut trouver celui avec qui on sera à l’aise, qui ne critique pas, mais qui veut vraiment nous aider, et avec qui on se sentira en confiance. On lui confie quand même nos muscles, notre corps, et certains jours notre mental. Quand on vient au sport parce qu’on a un petit coup de déprime, on veut être reboosté à bloc.

 

 

diablo-crossfit-coach-rex-always-ready-to-mob-with-his-class1

Mais dans tous les cas, si votre coach vous prodigue de bons conseils, profitez-en ! Et éloignez-vous des nocifs qui vous mettent en danger en ne vous encadrant pas assez.
Ne pensez jamais que si on ne s’intéresse pas suffisamment à vous, c’est que vous n’avez aucune valeur. Vous êtes au début d’un grand voyage, et peu importe le temps que vous allez mettre pour l’accomplir : c’est le vôtre, et vous devez en profiter au maximum. Pensez à votre but, et trouvez des gens bienveillants pour vous accompagner.
-Lead by example-