Blessé au corps, blessé à l’âme.

Mardi dernier, j’ai commencé à écrire tranquillement un article sur le fait que je n’utilisais pas assez ce blog, qu’il pouvait être un incroyable outil pour ma remise en forme. J’étais heureuse, car j’avais devant moi la perspective de plusieurs semaines de repos professionnel, pendant lesquelles j’allais pouvoir intensifier mon rythme sportif.

Un peu plus tard dans la soirée, je me suis rendue à un des entraînements hebdomadaires de derby. C’était important : le week-end qui arrivait nous allions passer les sélections pour pouvoir rentrer – ou non, dans une équipe de roller derby de la ligue Toulousaine. Il était donc temps de faire quelques révisions techniques.

Une demie-heure avant la fin, nous attaquions un peu de blocage, et je me sentais un peu fatiguée. Je ne saurais pas vous dire exactement ce qu’il s’est passé, mais je suis tombée, j’ai senti que ma cheville n’était pas positionnée dans un angle normal, et j’ai entendu cloc. Un de mes ligaments venait de poser sa démission. Hasta la vista.

Cela fait donc une semaine que je regarde mon pied en râlant. Il est là, aucun os cassé, je peux le bouger, mais il n’est pas au mieux de sa forme. J’ai un peu l’impression qu’il n’est plus à moi. Il devient un boulet que je dois me traîner. Je marche lentement, sur béquilles, et lui est là à me donner des sensations bizarres. J’ai l’impression qu’il veut galoper, qu’il en a assez d’être enserré dans cette attelle. Mais voilà, il m’est presque étranger.

 

ankle-xray

 

Il est très difficile d’admettre qu’on est blessé. Parce qu’on n’en a pas envie. Oui, c’est vraiment stupide à dire, mais qui en aurait envie ? Je me sens dépendante des gens, je vais lentement, et je regarde mes copines faire du roller quand moi je suis assise dans un coin à les regarder. Je me sens punie. C’est idiot, non ? Après tout je ne me suis remise vraiment au sport que depuis un peu plus d’un an, et pourtant, ne pas avoir le choix est extrêmement frustrant.

Alors du coup, niveau moral, c’est un peu la dégringolade. Tous ces efforts des derniers mois, ont-ils été faits pour rien ? Tout ce poids perdu, vais-je soudainement le reprendre ? Et vous savez ce que c’est : pas de moral = malbouffe (enfin, chez moi). Bref, un beau cercle vicieux que je vais devoir entreprendre de briser.

La route est longue, mais il faut que je me concentre sur ma guérison. NON, mes compétences ne disparaîtront pas en quelques semaines d’arrêt. OUI, je risque de reprendre du poids, mais du poids que j’arriverai à reperdre par la suite. OUI, je dois continuer à m’alimenter correctement, car c’est important pour bien me réparer. Et OUI, je peut tout à fait continuer à faire du sport. Pas comme avant, certes, mais je peux faire des exercices sur mon tapis, sans solliciter mon pied. Je peux tout à fait, au moins, limiter les dégâts.

Mais plus encore… Je peux très bien regarder des matchs de derby, pour étudier la théorie, les stratégies… Je peux regarder des vidéos de roller ou de crossfit pour visualiser les mouvements. Le cerveau ne fait pas la différence entre le mouvement qu’on s’imagine faire, et celui que l’on fait vraiment, donc je peux continuer à entretenir mes mouvements grâce à un travail de visualisation. Et surtout, je dois rester positive. Faire une pause ne peut pas n’être que négatif. Par exemple, j’en apprends tous les jours un peu plus sur comment fonctionne mon corps. Après tout, on ne s’intéresse jamais autant à lui que quand il ne va pas bien. Et puis, c’est peut-être l’occasion de faire disparaître cette petite tendinite au genou qui s’est installée depuis un an car je ne m’arrête jamais ?

Et tiens, je me ferais pas un petit marathon de séries ?…

Oui, c’est sûr, quand je vais reprendre le crossfit, j’aurais perdu. Mais mon corps n’aura pas oublié, je lui fais confiance, ça reviendra vite.

Et je n’oublie pas que chaque journée passée me rapproche du jour où j’enfilerai de nouveau mes baskets. Alors si vous aussi vous êtes blessés, cherchez le meilleur à tirer de cette mésaventure, et restez positifs ! Le temps passera vite, et vous pourrez vous remettre au travail très vite ! Reposez-vous, et soyez sûrs d’être bien remis avant d’attaquer le sport !

-On lâche rien !-

Publicités

2 réflexions sur “Blessé au corps, blessé à l’âme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s