Pourquoi s’infliger ça ?

Souvent, quand je parle aux gens du CrossFit, on me pose une question : « Pourquoi tu t’infliges ça ?« . Je ne sais jamais trop comment prendre cette question. Est-ce un jugement sur ma condition physique, ou bien est-ce parce qu’ils ont l’impression que c’est une vraie torture ? Est-ce que je parle du CrossFit vraiment aussi mal que ça, tant que les gens pensent que c’est un sport de barbare ?

tumblr_nx6jbsKzze1qh0j2do1_1280

 

A l’heure où j’écris ces lignes, je sors d’un WOD particulièrement éprouvant, que j’ai vécu un peu dans la douleur. Un WOD durant lequel j’ai eu envie d’abandonner, alors que ça ne m’arrive quasiment jamais. J’ai une mauvaise condition physique, mais je sais que j’ai le mental. Alors, c’est tout à fait l’occasion de repenser à ça.

Ma réponse à cette question est plutôt simple. Je « m’inflige » le CrossFit, parce que ça fait appel à quelque chose en moi. Ça résonne. Je ne saurais pas trop expliquer pourquoi, mais j’aime l’idée de me dépasser, et c’est exactement ce que je recherche dans le sport. Le CrossFit, en plus de cela, propose de se dépasser mentalement et physiquement.

Lorsque je me suis inscrite pour ma première séance, j’ai passé des heures à écumer les articles sur ce sport, pour savoir comment ça se passait. J’angoissais complètement, je voyais ces gens, très musclés, très athlétiques, réaliser des mouvements que je trouvais incroyables. J’ai eu la même impression en rentrant dans la box pour la première fois, en voyant tout ces gens en train de soulever des haltères, en pleine transpiration. Quand on le regarde de l’extérieur, ce sport paraît brutal, mais est en réalité adapté à tout le monde. Il faut juste écouter son corps. C’est l’intensité qui fait tout. Vous pouvez faire le même entraînement que votre voisin, vous aurez juste une différence de charge, de volume, de temps de repos, mais l’intensité est la même : vous êtes à votre maximum.

On s’inflige le CrossFit, comme on s’inflige n’importe quel sport. On cherche le point de non-retour, ce moment où on se dit qu’on va lâcher. On cherche nos limites pour se dépasser, pour savoir ce que ça fait, d’être dans son côté obscur. J’ai passé 30 minutes à me faire motiver par le coach, qui ne m’a pas lâchée une seconde. Il était derrière moi à chaque thruster, à me dire de continuer, de ne pas lâcher, d’en faire encore 5. Il était là aussi après les longs mètres de course.

Je n’ai pas eu le temps de finir le WOD, mais au final, si je fais le compte de toutes les répétitions, j’ai fait 70 thrusters, et j’ai couru plus de 1800 mètres. Moi qui suis essoufflée après 400 mètres de course, j’ai continué. Je repense à la fille qui s’est pointée à la box pour son premier jour, et je suis fière de moi. Je suis fière de mes progrès, peu importe qu’ils soient maigres ou non. Aujourd’hui, je n’ai pas lâché, même si je n’en pouvais plus, même si je poussais ce grognement si caractéristiques aux crossfiteurs. Ce grognement étrange, qu’on lâche tous quand c’est trop difficile et qu’on ne veut pas s’arrêter.

J’ai pensé à tous ces moments où je ne me suis pas sentie à la hauteur, où les autres ne m’ont pas laissé une chance. J’ai repensé à mes échecs, à mes envies, et à la rage que je cache au fond de moi. Et soudainement, j’avais la force d’aller plus loin.

Pourquoi je m’inflige ça ? Parce que ça me fait avancer. Parce que je développe mon corps, et j’améliore mon mental. Parce que je sais que je peux aller encore plus loin, et j’ai la force de construire mes projets. Je construis la nouvelle moi.

 

-Happy body, happy mind-

Coupe de France Masculine de Roller Derby

J’avoue tout, je n’ai rien publié cette semaine ! Même pas le Feel Good du dimanche. Je pense calmer le rythme des articles, car je ne me sens pas très légitime pour donner des conseils. Après tout, pour l’instant je suis encore très débutante !

Si un manque d’inspiration se fait sentir, je dois dire que j’ai été pas mal occupée la semaine dernière par l’arrivée de la Coupe de France Masculine de Roller Derby, qui était hébergée par Toulouse.

Je pense que c’est le plus bel événement Derby auquel j’ai pu assister. Ce week-end de trois jours a regroupé tout ce que j’adore dans ce sport : une communauté de dingue, une ambiance survoltée, et du jeu incroyable ! J’ai adoré discuter avec les joueurs, et découvrir des équipes que je ne connaissais pas.

CoupeFrance.jpg

copyright Magic Yannick

 

La journée de lundi a regroupé des matchs très intenses et très serrés que j’ai eu beaucoup de plaisir à regarder. Les Wolfgangs contre les Quadstrator a certainement été un de mes matchs préférés, avec un revirement incroyable en seconde mi-temps, et une égalité qui a dû se départager sur un dernier jam. Autant vous dire que l’ambiance était survoltée pour un match qui commençait pourtant à 10h du matin !

C’était du beau jeu, du très très beau jeu ! Et lors de la finale des Quad Guards de Toulouse contre la Panam Squad lundi soir, le public était survolté. J’ai crié et encouragé, tout autant que les personnes autour de moi, créant ainsi un joyeux bordel dans le gymnase. Je n’avais jamais vu autant d’engouement pour ce sport. Les deux équipes étaient au coude à coude lors de la première mi-temps, et je ne sais pas ce que la coach leur a dit, mais les Quad Guards ont repris l’avantage lors de la seconde mi-temps et ont creusé un petit écart. Le dernier jam a vu la Panam remonter un peu, mais ça n’était pas assez pour rattraper ce tout petit retard. Deux grandes équipes. Quel match !

J’espère de tout mon cœur que ce sport restera aussi authentique qu’il l’est aujourd’hui. Car aujourd’hui ce sont des passionnés qui jouent, et non pas des professionnels. Ce sont des gens qui bossent à côté et qui aiment suffisamment ce sport pour se donner à fond. L’ambiance du roller derby est tellement particulière que je crois que je ne pourrais jamais l’expliquer clairement. C’est comme une famille.

PanamToulouse

copyright Magic Yannick

Gros pincement au coeur de voir le joueur AssHellOff prendre sa derby retraite. Il jouera encore une fois à Calgary avec l’Equipe De France. C’était peut-être bien le meilleur bloqueur de Toulouse et il repart d’ailleurs avec le MVP bloqueur, et une très belle victoire.

3 exercices pour travailler son explosivité.

Un jour, un ami m’a demandé ce que cela voulait dire, lorsqu’on lui disait qu’il était très « explosif« . Pensant que le mot parlait de lui-même, j’ai bégayé une réponse peu explicative. Aujourd’hui, à tête reposée, je dirais que l’explosivité c’est la capacité d’être à son maximum en très peu de temps. Ou encore, la capacité à contracter ses muscles le plus rapidement possible pour effectuer une action.

Améliorer votre explosivité va vous permettre d’être plus puissant, et de réagir plus vite. Au derby, ce sont deux qualités essentielles.

J’en parle souvent, mais la corde à sauter est un très bon exercice. Vous travaillez avec la flexion et l’extension de vos muscles de façon rapide et répétée, ce qui permet de travailler l’explosivité. Vous pouvez travailler avec des sauts pieds joints, puis sur un seul pied, sur l’autre, et enfin en alternant vos pieds et en levant les genoux. Pensez bien à gainer votre ventre. Faites des séries d’une ou deux minutes intensives, et pensez à bien récupérer entre chaque série.


-Les burpees sont aussi un très bon exercice, qui, comme la corde à sauter, fait travailler tout le corps. Il augmente aussi très efficacement le cardio.

-Les fentes avant sautées. C’est un exercice sur lequel je ne suis pas encore très à l’aise, mais qui fait bien travailler.

Sur tous les exercices, pensez à être « explosifs » ! Pour que ça fonctionne, soyez à votre maximum pendant la durée de l’exercice, ne vous arrêtez pas en chemin. Préférez des temps d’exercices courts et intenses.

Attention, je ne suis ni coach, ni médecin. Cet article ne parle que d’expérience personnelle. 

-BOUM !-

Feel Good – Développement personnel (livres)

Depuis toute petite, j’ai toujours aimé lire. Je dévorais des livres entiers, je n’étais jamais rassasiée. Je lisais surtout de la fiction, SF et fantasy, et encore aujourd’hui j’adore me replonger dans un bon bouquin.

Néanmoins, je prends moins le temps de chercher un livre, et de m’y plonger. Généralement l’arrivée des beaux jours m’aide, car c’est toujours un vrai bonheur que de se poser à l’extérieur pour bouquiner un peu. Mais j’avoue que mon rythme de lecture a considérablement diminué.

Et quand je vais mal, quand je me sens coincée, je suis toujours attirée par le rayon « Développement personnel » de la librairie. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi, à vrai dire, vu que ma famille n’y a jamais mis le nez. Dans un certain sens, je pense que j’ai toujours la vision comme quoi toutes les réponses se trouvent dans des livres. Même quand maintenant elles sont plutôt sur internet.

Je voulais donc vous présenter les 3 livres que je relis régulièrement et qui m’on vraiment aidé. J’en ai lu bien plus, mais souvent leur contenu est assez creux.

 

000869875 L’EFT (Emotionnal Freedom Technique) est une technique qui s’appuie sur le principe de la circulation d’énergie propre à la médecine orientale. C’est le premier livre de développement personnel que j’ai lu à un moment où j’étais en proie à de grosses angoisses dues à mon environnement professionnel, et à un mal-être général. C’est une technique à la portée de tout le monde et qui m’a permis de me soulager d’un gros fardeau émotionnel. Elle consiste à tapoter sur des points précis tout en annonçant le problème afin de libérer les flux « bloqués ».

Si ça vous intéresse, je vous conseille ce livre, et pour plus d’informations sur l’EFT vous pouvez aller sur ce site.

Ho Oponopono à st lo dans la manche

 

 

Ho’oponopono est plus difficile à expliquer. Cette pratique vous explique que vous êtes à 100% maître de votre futur et que toutes les situations qui apparaissent dans votre vie sont votre responsabilité. Pour être en paix, vous devez faire un vide intérieur pour vous emmener vers des situations positives. C’est une méthode basée sur l’amour : pour vous et pour les autres. Un mantra est à réciter à chaque fois qu’un sentiment négatif apparaît : « Désolée, Pardon, Merci, Je t’aime. »

 

 

les-quatre-accords-tolteques-la-voie-de-la-li

 

Les Quatre Accords Toltèques, c’est LE livre que je relis souvent. Il faut prendre garde à remplacer tout le côté spirituel du livre par votre propre spiritualité, c’est le seul bémol que j’ai à lui donner. Sinon, ce livre vous propose de remanier votre manière d’être autour de quatre piliers :

-Avoir une parole impeccable (exprimer clairement ce que nous voulons / pensons / ressentons)

-Ne jamais en faire une affaire personnelle (un jugement ne nous touche que si nous sommes d’accord)

-Ne jamais faire de suppositions (on n’interprète rien de travers, et en cas de doute on en parle)

-Faire toujours de son mieux.

Je trouve que ce livre exprime clairement tout ce qui ne va pas chez moi et que j’aimerais changer. C’est toujours bon de l’avoir à portée de main, et de le relire quand quelque chose me pose soucis.

 

 

Est-ce que certains livres ont changé votre vie, de votre côté ?

Se fixer des objectifs.

J’ai découvert il y  a quelques semaines le blog Mange tes légumes, tenu par la très inspirante Camille. J’ai passé un temps fou à écumer ses articles, et à me remotiver petit à petit. C’est exactement le genre de blog que je voudrais tenir, et le genre de vie à laquelle j’aspire. Autant vous dire que j’ai beaucoup à apprendre.

Et puis je suis tombé sur un article où Camille explique comment se motiver pour un sport, et s’y tenir. A la fin de cet article, un petit tableau montre ses objectifs et j’ai trouvé l’idée vraiment bonne. Je comptais déjà m’en créer un sur un petit carnet, mais je n’aimais pas l’idée de l’objet que j’allais certainement perdre dans un coin de l’appartement. Finalement la solution était simple, mais je n’y avais pas pensé : un tableau excel ! Je l’ai mis sur Drive pour y avoir accès de n’importe où, et comme je ne suis pas très imaginative, j’ai décidé de tout copier comme Camille. Par contre je compte y rajouter mes activités autres que le sport, comme par exemple la photo !

calendrier.jpg

Je n’ai pas trop de mémoire, donc j’ai quelques cases vides, et la partie gym me déprime un peu, mais je me fixe la fin de l’année pour remplir autant d’objectifs que possible ! J’ai aussi ajouté un petit encart sur le derby. Maintenant que je peux rouler, je veux faire des matchs et des bootcamps dès que j’en aurai le niveau !

Le fait de tout avoir sous les yeux donne une bonne idée de son niveau, et de sa motivation. Je sais que je pars presque de zéro, mais ainsi je vais pouvoir me regarder progresser ! Je vois aussi là où je pêche, et ce sur quoi je dois me concentrer.

Et vous, vous avez des trucs pour garder à l’œil vos objectifs ?

 

-Pensez grand !-

Feel Good – Voyages.

Au niveau du feel good un peu plus cher qu’une playlist sur youtube, je me découvre une envie, et un vrai plaisir au voyage. Je vous en parlais il y a quelques temps : je suis partie à Dublin, un peu sur un coup de tête. Et figurez-vous que ça m’a fait un bien fou. Finalement, le dépaysement, s’il me fait peur, fait du bien au cerveau. On n’est pas chez nous, et c’est plus agréable de se demander comment rejoindre l’auberge de jeunesse, chargé comme un âne, plutôt que de se demander quel épisode de série on va faire tourner. Bref, un super moyen de se changer les idées, même si je vous l’accorde ça n’est pas toujours donné.

Je suis encore débutante sur les voyages, mais j’aimerais bien finir par trouver le juste milieu dans les bagages que je prends ! Soit je prévois trop peu de vêtements, soit beaucoup trop, et dans tous les cas ma valise est bien lourde.

J’ai toujours plus ou moins voyagé, car mes parents m’emmenaient avec eux lorsqu’ils partaient, mais je subissais le voyage plutôt que j’en profitais (la crise d’adolescence, une histoire pleine d’amour et de paillettes). Et puis, il y a deux ans, une ami m’a proposée de partir avec elle en Islande, pour deux semaines. Je crois que c’est là que tout à changé. Je suis tombée amoureuse du pays, en même temps que des voyages, et je me suis rendue compte comme il était bon de voir les merveilles que d’autres pays avaient à proposer. Et même si j’aime vivre en ville, quand je pars, je veux voir autre chose, et me sentir ailleurs.

DSC_0818

Islande

Je crois que je commence à rêver d’un petit road trip en solitaire, même si cette perspective me fait complètement paniquer, moi qui ai du mal à me sociabiliser quand je ne connais personne, qui ai besoin que tout soit planifié du début à la fin, et que tout se passe comme prévu (freak control, bonjour). Mais je commence à voir que de nombreux pays ne demandent qu’à être visités.

Pour l’instant mes voyages n’ont été que des trajets touristiques, ce que je regrette énormément. J’adorerais me plonger dans le quotidiens des autochtones. Mon grand regret à Dublin a été de rester sur la capitale. Comme Dublin est très touristique et proche de la France, je passais mon temps à entendre les gens parler français, et j’avais un peu de mal à me sentir à l’étranger.

Mais l’Irlande est un si beau pays, avec de si aimables habitants, qu’il m’est impossible de me dire que je ne reviendrai pas pour visiter le reste.

DSC_0121

Islande

Mon prochain projet voyage, c’est certainement Stockholm, mais plutôt en hiver, pour profiter des marchés de Noël et de l’ambiance Père Noël en Laponie. J’ai aussi envie de m’acheter un billet interrail et bouger un peu comme je veux.

J’ai aussi envie de visiter un peu la France, car elle a de très belles régions à découvrir. Je rêve de la Bretagne depuis si longtemps. Je me demande aussi si je ne partirais pas avec des organismes qui proposent de partir en séjour sport, comme l’UCPA, ou bien Copines de voyage.

Bref, des projets plein la tête. C’est ce qu’il faut pour se sentir vivant !

Et vous, c’est quoi vos idées feel good ?

 

-Good vibes only !-