Focus on the now.

IMG_1159

Vous savez, je dois avouer que depuis ma reprise du sport, il y a quelque chose de changé.

Je veux dire, depuis ma reprise post-grosse-blessure.
La joueuse TrebleMaker 909 a envoyé un mail il y a quelques jours aux abonnés de son blog qui m’y a fait penser. C’est très bizarre, parce que je sais que ça a changé, depuis le début, mais là, ça m’a frappé. Dans ce mail, elle parle de « Focus on the now » (ben oui, c’est une joueuse anglaise, alors elle parle en anglais).
C’est tout con, mais quand je me suis blessée, je n’étais pas concentrée. J’attribue plein de choses à ma blessure : mon manque de concentration, la faute à pas de chance, mes patins qui étaient en train de décéder, l’alignement des planètes, le sens du vent, la loi de Murphy, etc…
Mais depuis que je remets mes patins, j’ai cette phrase, qui me trotte dans la tête à peu près tout le temps : Tu es là, maintenant. Comme un mantra que je me répète pour rester concentrée. Je me le répète pendant tout l’échauffement pré-match, à voix basse. Je ne sais pas pourquoi, c’est venu naturellement.
Et finalement, j’aime cette façon de penser. Je l’aime tellement que j’essaie de l’appliquer un peu partout, un peu tout le temps. Quand je quitte le boulot, je laisse tous mes soucis liés à ça là-bas. Quand je parle à quelqu’un, j’oublie tous mes soucis. J’ai l’impression de segmenter tout dans ma vie. Ça n’est pas forcément une bonne chose, si on le fait tout le temps, mais j’avoue que c’est un peu reposant, d’oublier un peu.
champion
Mais dans son mail, la partie importante, c’était la confiance en soi, Saint Graal, et je pense que cette façon de faire m’aide, dans le sport.
Je veux dire par là que pendant 2h30, je suis complètement dans ce que je fais. Je ne m’inquiète plus de tous les soucis qui flottent autour de moi, je les repousse d’un revers de la main, et je fais ce que mon coach me demande de faire. Des digues ? Ok, je les fais. Du départ sur stopper ? Ok. Il veut que je jamme alors que j’ai des angoisses infinies sur ma cheville ? Pas de soucis, le doc a dit que c’était ok, alors je le fais. Je me donne à fond, dans tous les exercices, et après l’entraînement je prends une dizaine de minutes pour faire le point sur ce qu’on a vu. Mes points forts et mes points faibles. Je note ce qui allait, ce qui n’allait pas, et ce que je dois travailler. Je ressors ça à la séance suivante, je demande conseil à mes coéquipières, à mes coachs, et j’ai l’impression que ça fonctionne. Je me sens plus forte, je comprends mieux ce qu’on attend de moi, et je veux bien assumer toutes les fonctions qu’on me demandera.
De ce fait, rapidement, mes entraînements sont devenus les meilleurs moments de ma semaine.
-Soyons des champions.-

Reprise de la saison.

On a repris fort la saison sportive début septembre, en commençant par un match à Tarbes. Avec quelques-unes de mes coéquipières, nous avons rejoint les forces des Oxy-Tanneuses pour un match contre Les Full Metal Punkettes à l’occasion de leur évènement Le Jam Timer Sifflera Trois Fois. Cet événement faisait partie de l’American Saloon, et c’était plutôt agréable de reprendre la saison sur un événement sans enjeu.

Bien évidemment, nous avons quand même pris ce match au sérieux. Nous nous sommes donc rencontrés au hasard de la journée du samedi, pendant que se jouait un Sur5al électrique ! Nous étions un peu soucieuse de ce sol en béton, mais finalement il n’était pas désagréable de rouler dessus… par contre, il était très abrasif ! Il valait mieux éviter de tomber…

Le dimanche, donc, après avoir pu profiter d’un chouette match entre les Mad Riders, et la West Coast, nous avons donc pu nous échauffer sous un soleil de plomb (et le regard intrigué des joueurs de foot US). Et finalement…. TWEET, coup de sifflet de départ !

Au final le match s’est soldé par une victoire des Oxy, et des remerciements aux Punkettes. Pour certaines, c’était le baptême du feu, alors c’était vraiment chouette d’être face à elles pour leurs premiers pas sur le track (les miens n’étant pas si loin derrière moi…)

 

14212200_10210566733228252_1242651851975603373_n.jpg

 

Début octobre, les Rainbow Furies ont pris le chemin de Perpignan, pour un match contre les Coccyx Lexis. Et c’était bien. Je veux dire, ok, on a perdu le match, mais notre équipe est nouvelle, et n’a pas eu trop le temps de se connaître. On ne sait pas trop jouer ensemble, et c’était un peu des balbutiements, mais ce que j’ai vu, c’est un énorme potentiel. On en veut. On en veut tellement qu’en seconde mi-temps, voyant qu’on remontait un peu, les Coccyx ont durci leur jeu, et ont tapé un peu plus fort. On ne s’y attendait pas, et ça nous a bien desservi.

En tous cas, moi je veux la revanche de ce match !!

 

800_471550176369416_6115267169997192419_n

 

 

Si je ne poste pas beaucoup ces derniers temps – pour ne pas dire « pas du tout »-, je m’en excuse. Oui, je voudrais être plus présente, et j’ai l’intention de retrouver un rythme plus régulier, et de poster des petites nouvelles sur facebook aussi, mais en ce moment je jongle entre plusieurs problèmes pas réjouissants, et notamment une petite périostite qui met bien du temps à disparaître. Le moral n’est pas toujours au beau fixe, mais on ne se laisse pas abattre !

Promis, je reviens bientôt, vous parler de différentes choses.

 

-Et vous, ça va ?-