Focus on the now.

IMG_1159

Vous savez, je dois avouer que depuis ma reprise du sport, il y a quelque chose de changé.

Je veux dire, depuis ma reprise post-grosse-blessure.
La joueuse TrebleMaker 909 a envoyé un mail il y a quelques jours aux abonnés de son blog qui m’y a fait penser. C’est très bizarre, parce que je sais que ça a changé, depuis le début, mais là, ça m’a frappé. Dans ce mail, elle parle de « Focus on the now » (ben oui, c’est une joueuse anglaise, alors elle parle en anglais).
C’est tout con, mais quand je me suis blessée, je n’étais pas concentrée. J’attribue plein de choses à ma blessure : mon manque de concentration, la faute à pas de chance, mes patins qui étaient en train de décéder, l’alignement des planètes, le sens du vent, la loi de Murphy, etc…
Mais depuis que je remets mes patins, j’ai cette phrase, qui me trotte dans la tête à peu près tout le temps : Tu es là, maintenant. Comme un mantra que je me répète pour rester concentrée. Je me le répète pendant tout l’échauffement pré-match, à voix basse. Je ne sais pas pourquoi, c’est venu naturellement.
Et finalement, j’aime cette façon de penser. Je l’aime tellement que j’essaie de l’appliquer un peu partout, un peu tout le temps. Quand je quitte le boulot, je laisse tous mes soucis liés à ça là-bas. Quand je parle à quelqu’un, j’oublie tous mes soucis. J’ai l’impression de segmenter tout dans ma vie. Ça n’est pas forcément une bonne chose, si on le fait tout le temps, mais j’avoue que c’est un peu reposant, d’oublier un peu.
champion
Mais dans son mail, la partie importante, c’était la confiance en soi, Saint Graal, et je pense que cette façon de faire m’aide, dans le sport.
Je veux dire par là que pendant 2h30, je suis complètement dans ce que je fais. Je ne m’inquiète plus de tous les soucis qui flottent autour de moi, je les repousse d’un revers de la main, et je fais ce que mon coach me demande de faire. Des digues ? Ok, je les fais. Du départ sur stopper ? Ok. Il veut que je jamme alors que j’ai des angoisses infinies sur ma cheville ? Pas de soucis, le doc a dit que c’était ok, alors je le fais. Je me donne à fond, dans tous les exercices, et après l’entraînement je prends une dizaine de minutes pour faire le point sur ce qu’on a vu. Mes points forts et mes points faibles. Je note ce qui allait, ce qui n’allait pas, et ce que je dois travailler. Je ressors ça à la séance suivante, je demande conseil à mes coéquipières, à mes coachs, et j’ai l’impression que ça fonctionne. Je me sens plus forte, je comprends mieux ce qu’on attend de moi, et je veux bien assumer toutes les fonctions qu’on me demandera.
De ce fait, rapidement, mes entraînements sont devenus les meilleurs moments de ma semaine.
-Soyons des champions.-

Feel Good – Développement personnel (livres)

Depuis toute petite, j’ai toujours aimé lire. Je dévorais des livres entiers, je n’étais jamais rassasiée. Je lisais surtout de la fiction, SF et fantasy, et encore aujourd’hui j’adore me replonger dans un bon bouquin.

Néanmoins, je prends moins le temps de chercher un livre, et de m’y plonger. Généralement l’arrivée des beaux jours m’aide, car c’est toujours un vrai bonheur que de se poser à l’extérieur pour bouquiner un peu. Mais j’avoue que mon rythme de lecture a considérablement diminué.

Et quand je vais mal, quand je me sens coincée, je suis toujours attirée par le rayon « Développement personnel » de la librairie. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi, à vrai dire, vu que ma famille n’y a jamais mis le nez. Dans un certain sens, je pense que j’ai toujours la vision comme quoi toutes les réponses se trouvent dans des livres. Même quand maintenant elles sont plutôt sur internet.

Je voulais donc vous présenter les 3 livres que je relis régulièrement et qui m’on vraiment aidé. J’en ai lu bien plus, mais souvent leur contenu est assez creux.

 

000869875 L’EFT (Emotionnal Freedom Technique) est une technique qui s’appuie sur le principe de la circulation d’énergie propre à la médecine orientale. C’est le premier livre de développement personnel que j’ai lu à un moment où j’étais en proie à de grosses angoisses dues à mon environnement professionnel, et à un mal-être général. C’est une technique à la portée de tout le monde et qui m’a permis de me soulager d’un gros fardeau émotionnel. Elle consiste à tapoter sur des points précis tout en annonçant le problème afin de libérer les flux « bloqués ».

Si ça vous intéresse, je vous conseille ce livre, et pour plus d’informations sur l’EFT vous pouvez aller sur ce site.

Ho Oponopono à st lo dans la manche

 

 

Ho’oponopono est plus difficile à expliquer. Cette pratique vous explique que vous êtes à 100% maître de votre futur et que toutes les situations qui apparaissent dans votre vie sont votre responsabilité. Pour être en paix, vous devez faire un vide intérieur pour vous emmener vers des situations positives. C’est une méthode basée sur l’amour : pour vous et pour les autres. Un mantra est à réciter à chaque fois qu’un sentiment négatif apparaît : « Désolée, Pardon, Merci, Je t’aime. »

 

 

les-quatre-accords-tolteques-la-voie-de-la-li

 

Les Quatre Accords Toltèques, c’est LE livre que je relis souvent. Il faut prendre garde à remplacer tout le côté spirituel du livre par votre propre spiritualité, c’est le seul bémol que j’ai à lui donner. Sinon, ce livre vous propose de remanier votre manière d’être autour de quatre piliers :

-Avoir une parole impeccable (exprimer clairement ce que nous voulons / pensons / ressentons)

-Ne jamais en faire une affaire personnelle (un jugement ne nous touche que si nous sommes d’accord)

-Ne jamais faire de suppositions (on n’interprète rien de travers, et en cas de doute on en parle)

-Faire toujours de son mieux.

Je trouve que ce livre exprime clairement tout ce qui ne va pas chez moi et que j’aimerais changer. C’est toujours bon de l’avoir à portée de main, et de le relire quand quelque chose me pose soucis.

 

 

Est-ce que certains livres ont changé votre vie, de votre côté ?

Feel Good – Voyages.

Au niveau du feel good un peu plus cher qu’une playlist sur youtube, je me découvre une envie, et un vrai plaisir au voyage. Je vous en parlais il y a quelques temps : je suis partie à Dublin, un peu sur un coup de tête. Et figurez-vous que ça m’a fait un bien fou. Finalement, le dépaysement, s’il me fait peur, fait du bien au cerveau. On n’est pas chez nous, et c’est plus agréable de se demander comment rejoindre l’auberge de jeunesse, chargé comme un âne, plutôt que de se demander quel épisode de série on va faire tourner. Bref, un super moyen de se changer les idées, même si je vous l’accorde ça n’est pas toujours donné.

Je suis encore débutante sur les voyages, mais j’aimerais bien finir par trouver le juste milieu dans les bagages que je prends ! Soit je prévois trop peu de vêtements, soit beaucoup trop, et dans tous les cas ma valise est bien lourde.

J’ai toujours plus ou moins voyagé, car mes parents m’emmenaient avec eux lorsqu’ils partaient, mais je subissais le voyage plutôt que j’en profitais (la crise d’adolescence, une histoire pleine d’amour et de paillettes). Et puis, il y a deux ans, une ami m’a proposée de partir avec elle en Islande, pour deux semaines. Je crois que c’est là que tout à changé. Je suis tombée amoureuse du pays, en même temps que des voyages, et je me suis rendue compte comme il était bon de voir les merveilles que d’autres pays avaient à proposer. Et même si j’aime vivre en ville, quand je pars, je veux voir autre chose, et me sentir ailleurs.

DSC_0818

Islande

Je crois que je commence à rêver d’un petit road trip en solitaire, même si cette perspective me fait complètement paniquer, moi qui ai du mal à me sociabiliser quand je ne connais personne, qui ai besoin que tout soit planifié du début à la fin, et que tout se passe comme prévu (freak control, bonjour). Mais je commence à voir que de nombreux pays ne demandent qu’à être visités.

Pour l’instant mes voyages n’ont été que des trajets touristiques, ce que je regrette énormément. J’adorerais me plonger dans le quotidiens des autochtones. Mon grand regret à Dublin a été de rester sur la capitale. Comme Dublin est très touristique et proche de la France, je passais mon temps à entendre les gens parler français, et j’avais un peu de mal à me sentir à l’étranger.

Mais l’Irlande est un si beau pays, avec de si aimables habitants, qu’il m’est impossible de me dire que je ne reviendrai pas pour visiter le reste.

DSC_0121

Islande

Mon prochain projet voyage, c’est certainement Stockholm, mais plutôt en hiver, pour profiter des marchés de Noël et de l’ambiance Père Noël en Laponie. J’ai aussi envie de m’acheter un billet interrail et bouger un peu comme je veux.

J’ai aussi envie de visiter un peu la France, car elle a de très belles régions à découvrir. Je rêve de la Bretagne depuis si longtemps. Je me demande aussi si je ne partirais pas avec des organismes qui proposent de partir en séjour sport, comme l’UCPA, ou bien Copines de voyage.

Bref, des projets plein la tête. C’est ce qu’il faut pour se sentir vivant !

Et vous, c’est quoi vos idées feel good ?

 

-Good vibes only !-

Feel Good – Musique.

Depuis quelques temps, moi qui ai toujours été une partisane de l’optimisme  (ou du moins depuis que j’ai terminé ma crise d’adolescence), je vis une phase de hauts et de bas de laquelle j’ai bien du mal à sortir. Quelques mois auparavant je me sentais invulnérable, et en ce moment je me sens au fond d’un petit trou, et j’ai l’impression que si j’essaie de me relever je vais échouer.

Alors, j’ai bien envie de faire une petite série d’articles sur le feel good, de partager avec vous et de redécouvrir ces petites choses de la vie qui font que j’aime me lever le matin. Et du coup je suis super curieuse de découvrir vos truc à vous. Et pourquoi pas se dire que pendant un mois, on fait quelque chose toutes les semaines qui nous fasse nous sentir bien ?

Je vais commencer par un thème assez bateau : la musique. Je ne sais pas pour vous, mais chez moi elle a une place assez importante. J’écoute à peu près de tout : du rock à certains morceaux d’électro, en passant par du jazz. Je n’ai pas une grande famille de musicos : ma mère a toujours voulu apprendre la guitare, mais a finalement laissé tomber, et une de mes sœurs faisait de la flûte traversière lors de ses années de lycée, mais n’y a pas touché depuis. Personnellement j’ai pris quelques années de cours de chant, j’aurais bien aimé continué mais la vie a fait que j’ai dû stopper. J’ai, tout comme ma mère, essayé la guitare, puis abandonné. On a peut-être lancé notre nouvelle tradition familiale ?

Mais si nous ne sommes pas de grands musiciens, la maison résonnait toujours de musiques en tous genres. Ainsi quand j’étais plus jeune j’ai pu entendre du Manau, du Jean-Jacques Goldman, ou même les Poetic lover (même pas honte). Bref, j’écoute de tout, et j’adore découvrir des nouveautés. Mais quand ça ne va pas, et que ma vie ressemble à un clip musical triste lorsque je mets mes écouteurs, j’ai plutôt besoin de musiques dynamiques qui m’aident à penser à autre chose et me donnent envie de me remuer. Ça change plutôt souvent, et c’est pas toujours de grandes musiques qui perdureront jusqu’à la fin des temps.

Voilà ma petite sélection du moment :











Et vous, vous écoutez quoi en ce moment ?

C’est quoi vos techniques feel good ?

 

-I shake it off, I shake it off-