J’ai survécu à ma première saison de Derby.

Dit comme ça, ça ne vous semble peut-être pas un exploit, mais croyez-moi : ça l’est.

J’ai rencontré tellement de gens chouettes, qui m’ont réconfortée quand j’allais mal, qui m’ont poussée quand j’avais envie de baisser les bras, et qui m’ont fait rire à peu près tout du long. J’ai participé à la première session de l’école de patinage de ma ligue, et à présent je fais partie des Rainbow Furies. J’ai été blessée, je me suis relevée et j’en veux encore. Je me sens fière de mon petit parcours. Pourtant, la tâche l’an prochain est grande, car il va falloir marcher dans les traces de mon équipe, et faire aussi bien qu’elles. Les filles qui étaient là depuis un moment sont devenues grandes, et certaines d’entre elles vont monter dans une équipe plus haut niveau. L’équipe va subir une sorte de refonte qui m’angoisse particulièrement, mais j’essaie de garder le cap. Elles ont terminé cette année première de leur zone, et on espère faire aussi bien qu’elles. Je suis sûre qu’on ne lâchera rien, nous allons nous donner au maximum.

Autre point marquant dans ma saison : j’ai fait mes premiers matchs le week-end dernier. A l’occasion de la French Connection, j’ai pu jouer mes deux premiers matchs dans une équipe intraligue mixte. J’étais terrifiée à l’idée de me frotter aux garçons, ou même aux filles de l’équipe A ou B. Heureusement, j’ai de super coéquipières qui m’ont poussée à participer, quitte à arrêter si je ne le sentais pas, ou si j’avais trop mal à mon petit pied.
Et je me suis éclatée ! C’était absolument génial. Durant deux matchs, j’ai reçu (des coups) des conseils de la part de joueurs et joueuses qui ont un niveau beaucoup plus élevé que le mien, et j’ai adoré. J’ai terminé exténuée, mais j’en voulais encore. C’était particulièrement motivant de jouer aux côtés des grands, de ceux qui aiment partager et transmettre leur savoir. C’était réconfortant, et leurs petits mots d’encouragement m’ont fait chaud au cœur.

C’était dans un sens un peu la naissance de Frousse Hard, après des mois de préparation, alors c’était un peu émouvant pour moi. Tout ça dans une ambiance réellement déjantée, et humainement très belle.

Alors, la saison n’est pas complètement terminée. Il reste encore deux entraînements. Je compte bien en être, jusqu’au bout, et continuer à m’entraîner cet été. En plus cool, hein, parce qu’il faut que les bleus disparaissent, et que le corps retrouve un certain équilibre, prendre un bon repos pour s’y remettre en pleine forme l’an prochain, mais il faut absolument que je prenne un peu de niveau pour ne pas laisser tomber mes coéquipières.

J’ai déjà hâte d’être à la saison prochaine, de progresser, de faire d’autres matchs, et de me sentir encore une fois partie intégrante de mon équipe. J’ai découvert à quel point j’aimais le derby, et les sports d’équipe. C’est beau, c’est touchant, et particulièrement humain, avec ses hauts et ses bas.

13497655_512513205626461_5766676121423313271_o

Remember Happiness Photographie

-Vivement la saison 2 !-

Publicités

Revenir aux bases : la technique.

En sport, comme dans tout autre domaine, votre courbe de progression n’est jamais une ligne droite. C’est une montée en escaliers. Vous ne faites pas que vous améliorer : parfois vous stagnez. Ça s’appelle tout simplement un palier, ou un plateau, et il ne faut surtout pas paniquer.

SWkEXAsy

Vous pouvez passer vos journées à regarder les nouvelles techniques pour faire un mouvement, vous entraîner tous les jours pour augmenter le niveau, voir des compétitions tous les soirs devant votre télévision avec votre shaker à la main, il y a forcément un moment où votre corps va avoir besoin d’un peu de temps pour assimiler les nouvelles informations que vous lui avez imposées. Et comme on est tous différents, ce palier vous arrivera probablement à un autre moment que votre voisin de droite ou de gauche.
Alors dans ces cas là, ne paniquez pas, et ne déprimez pas ! Il y a quelques petites solutions simples pour vaincre ce mauvais moment.
Vous pouvez déjà vous souvenir de votre niveau il y a 6 mois, et d’en faire le bilan. Nul doute que vous avez fait des progrès depuis. Et si vous le pouvez, demandez à votre coach, ou vos coéquipier.e.s leur avis. Souvent, on est trop centré sur nous même dans ces moments là, et notre avis n’est pas objectif. Un regard extérieur est donc un bon moyen de faire le bilan des derniers mois, et de se remettre nos objectifs en tête.
Vous pouvez essayez d’autres choses. Toujours en parlant du roller, vous pouvez essayer d’autres disciplines, comme le roller dance, ou tenter un peu de skate park, pour trouver de nouvelles choses, un nouvel équilibre.
Et si la patience sera votre meilleure alliée, il y a aussi une bonne chose à faire : revoir ses bases. Pour le coup je pense surtout au roller derby, mais je pense que ça s’applique un peu à tous les sports. Parfois, revenir sur mes exercices de base en rollers m’a permis de débloquer certaines choses. Dans l’équipe je commence à tenter de nouvelles choses, mais je me sens souvent bloquée car j’ai du mal à me retourner dans tel sens, quand ça va un peu vite j’ai un peu peur de faire telle chose, etc…
Pour contrebalancer ça, je me fais des petites sessions personnelles pendant lesquelles je retravaille ce qui me manque. Et ça marche ! Petit à petit, je sens que le palier cède, et que je vais débloquer de nouvelles choses !
Alors s’il faut retenir une chose : n’abandonnez jamais ! Ca n’est pas parce qu’il n’y a aucun résultat visible que ça n’est pas en train de se débloquer doucement. Travailler tranquillement ce que vous pensez être un frein dans votre progression actuelle, et ayez confiance en vous. Parfois ça se débloque tout seul, parfois grâce à votre travail, ou parfois parce que ta coéquipière va te dire « hé, pourquoi tu n’essaies pas comme ça ? » et soudainement ça va faire tilt.
Comme dirait l’autre : « Tout vient à point à qui sait attendre« .

Les eaux détox.

Je suis une grosse accro aux sodas. Voilà, c’est dit. On en avait tout le temps à la maison, du coup c’est devenu une mauvaise habitude dont j’ai du mal à me débarrasser. La bonne alternative que j’ai trouvée pour remplacer ma bouteille de soda, c’est l’eau détox (ou detox water pour les bilingues).

Honnêtement, je déteste ce nom, tout simplement parce que ça véhicule une mauvaise idée. Ne croyez pas que ça va vous nettoyer le foie : ça reste de l’eau aromatisée, et vous bénéficierez de plus de vitamines en mangeant le fruit qui est dans l’eau plutôt qu’en buvant l’eau dans laquelle il macère. Mais c’est une très bonne façon de boire plus d’eau, si comme moi vous avez du mal à en boire suffisamment.

En plus c’est super beau dans des bocaux !

 

L’eau détox, c’est quoi ?

Tout simplement de l’eau, des herbes et des fruits. C’est tout ! C’est donc une boisson très rafraîchissante à base de recettes très simples.

Il suffit de couper vos ingrédients, et de les mettre dans de l’eau. Ensuite on laisse entre 1 h et une nuit au réfrigérateur, et hop ! C’est prêt. On préfère garder cette eau 24 heures, pas plus, mais perso je bois ma petite bouteille rapidement, j’ai rarement du rab ! Choisissez des ingrédients bio, de qualité, nettoyez les, et n’hésitez pas à laisser la peau des fruits, qui contient beaucoup de vitamines.

Je vous présente donc quelques-unes de mes recettes préférées !

 

Framboise, menthe et citron.

Une poignée de framboises, quelques feuilles de menthe et des rondelles de citron. Laissez infuser au frigo. Se combine aussi avec des fraises, si comme moi vous adorez les fruits rouges !

 

Tout agrume.

Attention, c’est frais ! Mettez du citron, citron vert, de l’orange et du pamplemousse. On laisse bien infuser avant de boire frais avec des glaçons !

 

Cerise, fraise et gingembre.

J’adore les fruits rouges, et la cerise… quel régal ! Mettez du gingembre selon vos goûts (attention, on le sent rapidement !) Comme pour les autres recettes, laissez le tout au frigo avant de le boire.

 

Vu que c’est un peu la grande mode, j’ai vu plein de photos sur Pinterest avec d’autres idées. J’ai hâte de toutes les tester !

 

Vous avez d’autres recettes à proposer ?

 

-♪ She’s fresh as a summer breeze ♫-

Pourquoi s’infliger ça ?

Souvent, quand je parle aux gens du CrossFit, on me pose une question : « Pourquoi tu t’infliges ça ?« . Je ne sais jamais trop comment prendre cette question. Est-ce un jugement sur ma condition physique, ou bien est-ce parce qu’ils ont l’impression que c’est une vraie torture ? Est-ce que je parle du CrossFit vraiment aussi mal que ça, tant que les gens pensent que c’est un sport de barbare ?

tumblr_nx6jbsKzze1qh0j2do1_1280

 

A l’heure où j’écris ces lignes, je sors d’un WOD particulièrement éprouvant, que j’ai vécu un peu dans la douleur. Un WOD durant lequel j’ai eu envie d’abandonner, alors que ça ne m’arrive quasiment jamais. J’ai une mauvaise condition physique, mais je sais que j’ai le mental. Alors, c’est tout à fait l’occasion de repenser à ça.

Ma réponse à cette question est plutôt simple. Je « m’inflige » le CrossFit, parce que ça fait appel à quelque chose en moi. Ça résonne. Je ne saurais pas trop expliquer pourquoi, mais j’aime l’idée de me dépasser, et c’est exactement ce que je recherche dans le sport. Le CrossFit, en plus de cela, propose de se dépasser mentalement et physiquement.

Lorsque je me suis inscrite pour ma première séance, j’ai passé des heures à écumer les articles sur ce sport, pour savoir comment ça se passait. J’angoissais complètement, je voyais ces gens, très musclés, très athlétiques, réaliser des mouvements que je trouvais incroyables. J’ai eu la même impression en rentrant dans la box pour la première fois, en voyant tout ces gens en train de soulever des haltères, en pleine transpiration. Quand on le regarde de l’extérieur, ce sport paraît brutal, mais est en réalité adapté à tout le monde. Il faut juste écouter son corps. C’est l’intensité qui fait tout. Vous pouvez faire le même entraînement que votre voisin, vous aurez juste une différence de charge, de volume, de temps de repos, mais l’intensité est la même : vous êtes à votre maximum.

On s’inflige le CrossFit, comme on s’inflige n’importe quel sport. On cherche le point de non-retour, ce moment où on se dit qu’on va lâcher. On cherche nos limites pour se dépasser, pour savoir ce que ça fait, d’être dans son côté obscur. J’ai passé 30 minutes à me faire motiver par le coach, qui ne m’a pas lâchée une seconde. Il était derrière moi à chaque thruster, à me dire de continuer, de ne pas lâcher, d’en faire encore 5. Il était là aussi après les longs mètres de course.

Je n’ai pas eu le temps de finir le WOD, mais au final, si je fais le compte de toutes les répétitions, j’ai fait 70 thrusters, et j’ai couru plus de 1800 mètres. Moi qui suis essoufflée après 400 mètres de course, j’ai continué. Je repense à la fille qui s’est pointée à la box pour son premier jour, et je suis fière de moi. Je suis fière de mes progrès, peu importe qu’ils soient maigres ou non. Aujourd’hui, je n’ai pas lâché, même si je n’en pouvais plus, même si je poussais ce grognement si caractéristiques aux crossfiteurs. Ce grognement étrange, qu’on lâche tous quand c’est trop difficile et qu’on ne veut pas s’arrêter.

J’ai pensé à tous ces moments où je ne me suis pas sentie à la hauteur, où les autres ne m’ont pas laissé une chance. J’ai repensé à mes échecs, à mes envies, et à la rage que je cache au fond de moi. Et soudainement, j’avais la force d’aller plus loin.

Pourquoi je m’inflige ça ? Parce que ça me fait avancer. Parce que je développe mon corps, et j’améliore mon mental. Parce que je sais que je peux aller encore plus loin, et j’ai la force de construire mes projets. Je construis la nouvelle moi.

 

-Happy body, happy mind-

Coupe de France Masculine de Roller Derby

J’avoue tout, je n’ai rien publié cette semaine ! Même pas le Feel Good du dimanche. Je pense calmer le rythme des articles, car je ne me sens pas très légitime pour donner des conseils. Après tout, pour l’instant je suis encore très débutante !

Si un manque d’inspiration se fait sentir, je dois dire que j’ai été pas mal occupée la semaine dernière par l’arrivée de la Coupe de France Masculine de Roller Derby, qui était hébergée par Toulouse.

Je pense que c’est le plus bel événement Derby auquel j’ai pu assister. Ce week-end de trois jours a regroupé tout ce que j’adore dans ce sport : une communauté de dingue, une ambiance survoltée, et du jeu incroyable ! J’ai adoré discuter avec les joueurs, et découvrir des équipes que je ne connaissais pas.

CoupeFrance.jpg

copyright Magic Yannick

 

La journée de lundi a regroupé des matchs très intenses et très serrés que j’ai eu beaucoup de plaisir à regarder. Les Wolfgangs contre les Quadstrator a certainement été un de mes matchs préférés, avec un revirement incroyable en seconde mi-temps, et une égalité qui a dû se départager sur un dernier jam. Autant vous dire que l’ambiance était survoltée pour un match qui commençait pourtant à 10h du matin !

C’était du beau jeu, du très très beau jeu ! Et lors de la finale des Quad Guards de Toulouse contre la Panam Squad lundi soir, le public était survolté. J’ai crié et encouragé, tout autant que les personnes autour de moi, créant ainsi un joyeux bordel dans le gymnase. Je n’avais jamais vu autant d’engouement pour ce sport. Les deux équipes étaient au coude à coude lors de la première mi-temps, et je ne sais pas ce que la coach leur a dit, mais les Quad Guards ont repris l’avantage lors de la seconde mi-temps et ont creusé un petit écart. Le dernier jam a vu la Panam remonter un peu, mais ça n’était pas assez pour rattraper ce tout petit retard. Deux grandes équipes. Quel match !

J’espère de tout mon cœur que ce sport restera aussi authentique qu’il l’est aujourd’hui. Car aujourd’hui ce sont des passionnés qui jouent, et non pas des professionnels. Ce sont des gens qui bossent à côté et qui aiment suffisamment ce sport pour se donner à fond. L’ambiance du roller derby est tellement particulière que je crois que je ne pourrais jamais l’expliquer clairement. C’est comme une famille.

PanamToulouse

copyright Magic Yannick

Gros pincement au coeur de voir le joueur AssHellOff prendre sa derby retraite. Il jouera encore une fois à Calgary avec l’Equipe De France. C’était peut-être bien le meilleur bloqueur de Toulouse et il repart d’ailleurs avec le MVP bloqueur, et une très belle victoire.

3 exercices pour travailler son explosivité.

Un jour, un ami m’a demandé ce que cela voulait dire, lorsqu’on lui disait qu’il était très « explosif« . Pensant que le mot parlait de lui-même, j’ai bégayé une réponse peu explicative. Aujourd’hui, à tête reposée, je dirais que l’explosivité c’est la capacité d’être à son maximum en très peu de temps. Ou encore, la capacité à contracter ses muscles le plus rapidement possible pour effectuer une action.

Améliorer votre explosivité va vous permettre d’être plus puissant, et de réagir plus vite. Au derby, ce sont deux qualités essentielles.

J’en parle souvent, mais la corde à sauter est un très bon exercice. Vous travaillez avec la flexion et l’extension de vos muscles de façon rapide et répétée, ce qui permet de travailler l’explosivité. Vous pouvez travailler avec des sauts pieds joints, puis sur un seul pied, sur l’autre, et enfin en alternant vos pieds et en levant les genoux. Pensez bien à gainer votre ventre. Faites des séries d’une ou deux minutes intensives, et pensez à bien récupérer entre chaque série.


-Les burpees sont aussi un très bon exercice, qui, comme la corde à sauter, fait travailler tout le corps. Il augmente aussi très efficacement le cardio.

-Les fentes avant sautées. C’est un exercice sur lequel je ne suis pas encore très à l’aise, mais qui fait bien travailler.

Sur tous les exercices, pensez à être « explosifs » ! Pour que ça fonctionne, soyez à votre maximum pendant la durée de l’exercice, ne vous arrêtez pas en chemin. Préférez des temps d’exercices courts et intenses.

Attention, je ne suis ni coach, ni médecin. Cet article ne parle que d’expérience personnelle. 

-BOUM !-

Feel Good – Développement personnel (livres)

Depuis toute petite, j’ai toujours aimé lire. Je dévorais des livres entiers, je n’étais jamais rassasiée. Je lisais surtout de la fiction, SF et fantasy, et encore aujourd’hui j’adore me replonger dans un bon bouquin.

Néanmoins, je prends moins le temps de chercher un livre, et de m’y plonger. Généralement l’arrivée des beaux jours m’aide, car c’est toujours un vrai bonheur que de se poser à l’extérieur pour bouquiner un peu. Mais j’avoue que mon rythme de lecture a considérablement diminué.

Et quand je vais mal, quand je me sens coincée, je suis toujours attirée par le rayon « Développement personnel » de la librairie. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi, à vrai dire, vu que ma famille n’y a jamais mis le nez. Dans un certain sens, je pense que j’ai toujours la vision comme quoi toutes les réponses se trouvent dans des livres. Même quand maintenant elles sont plutôt sur internet.

Je voulais donc vous présenter les 3 livres que je relis régulièrement et qui m’on vraiment aidé. J’en ai lu bien plus, mais souvent leur contenu est assez creux.

 

000869875 L’EFT (Emotionnal Freedom Technique) est une technique qui s’appuie sur le principe de la circulation d’énergie propre à la médecine orientale. C’est le premier livre de développement personnel que j’ai lu à un moment où j’étais en proie à de grosses angoisses dues à mon environnement professionnel, et à un mal-être général. C’est une technique à la portée de tout le monde et qui m’a permis de me soulager d’un gros fardeau émotionnel. Elle consiste à tapoter sur des points précis tout en annonçant le problème afin de libérer les flux « bloqués ».

Si ça vous intéresse, je vous conseille ce livre, et pour plus d’informations sur l’EFT vous pouvez aller sur ce site.

Ho Oponopono à st lo dans la manche

 

 

Ho’oponopono est plus difficile à expliquer. Cette pratique vous explique que vous êtes à 100% maître de votre futur et que toutes les situations qui apparaissent dans votre vie sont votre responsabilité. Pour être en paix, vous devez faire un vide intérieur pour vous emmener vers des situations positives. C’est une méthode basée sur l’amour : pour vous et pour les autres. Un mantra est à réciter à chaque fois qu’un sentiment négatif apparaît : « Désolée, Pardon, Merci, Je t’aime. »

 

 

les-quatre-accords-tolteques-la-voie-de-la-li

 

Les Quatre Accords Toltèques, c’est LE livre que je relis souvent. Il faut prendre garde à remplacer tout le côté spirituel du livre par votre propre spiritualité, c’est le seul bémol que j’ai à lui donner. Sinon, ce livre vous propose de remanier votre manière d’être autour de quatre piliers :

-Avoir une parole impeccable (exprimer clairement ce que nous voulons / pensons / ressentons)

-Ne jamais en faire une affaire personnelle (un jugement ne nous touche que si nous sommes d’accord)

-Ne jamais faire de suppositions (on n’interprète rien de travers, et en cas de doute on en parle)

-Faire toujours de son mieux.

Je trouve que ce livre exprime clairement tout ce qui ne va pas chez moi et que j’aimerais changer. C’est toujours bon de l’avoir à portée de main, et de le relire quand quelque chose me pose soucis.

 

 

Est-ce que certains livres ont changé votre vie, de votre côté ?